Impact du postmodernisme sur la théorie de l’auteur dans la nouvelle vague française

Academic Discipline: Film Studies (French)
Course Name: French
Assignment Subject: Impact of Postmodernism on Auter Theory in the French New Wave
Academic Level: Undergraduate-4th Year
Referencing Style: MLA
Word Count: 2,046

Impact du postmodernisme sur la théorie de l’auteur dans la nouvelle vague française

Get Your Custom Essay Written From Scratch
We have worked on a similar problem. If you need help click order now button and submit your assignment instructions.
Just from $13/Page
Order Now

L’implication de la culture sur le développement des mouvements a été considérablement influencée par la mondialisation, qui pointe vers les cultures internationales, qui considèrent les mouvements spécifiques à la culture, tels que la Nouvelle Vague française, comme probablement une convergence de différentes conceptualisations des différents aspects du mouvement. La théorie de l’auteur, un concept majeur de la nouvelle vague française, n’a pas survécu à de telles influences du mouvement mondial du postmodernisme. Alors que la théorie de l’auteur plaide pour le réalisateur comme la principale force créatrice du film, impliquant une dépendance du film sur les réalisateurs, le talent artistique, le postmodernisme rejette toutes les notions de fondements théoriques, comme une manière révolutionnaire de représenter et d’exprimer. Cet essai démontre qu’en rejetant les principes de la théorie de l’auteur qui caractérisent la Nouvelle Vague française, en déplaçant l’attention de la vision du réalisateur vers le regard du public et avec les progrès de la technologie cinématographique, le postmodernisme a signifié un changement dans la façon dont le cinéma français est créé, nécessitant la théorisation d’un nouveau mouvement qui serait représentatif de la transformation actuelle de la société.

Avant d’expliquer les influences du postmodernisme sur la Nouvelle Vague française, il devient nécessaire de démontrer les similitudes et les différences entre les deux mouvements, du point de vue de leurs principes fondateurs, et des influences sur la réalisation cinématographique. A commencer par la Nouvelle Vague française ; le mouvement a émergé comme une critique des stratégies et des approches hollywoodiennes de la réalisation de films, qui insistaient d’abord sur la valeur de divertissement du film et du cinéma, échouant à atteindre les véritables intentions de communication et de critique sociale qui étaient un rôle traditionnel des artistes. En conséquence, les stratégies employées, y compris la fusion du documentaire et de la fiction, le tournage en dehors des studios et la réduction du recours aux effets de post-édition tels que les bandes sonores, étaient importantes et insistaient. Cela a abouti au développement de films qui se sont produits comme des descripteurs sociaux, par opposition à des représentations artistiques. Le postmodernisme a également critiqué la société contemporaine et s’est fortement appuyé sur la cinématographie de style documentaire. Cependant, les réalisateurs du film postmoderne, tout en offrant des descriptions sociales par opposition aux commentaires irréalistes et aux possibilités utopiques, ils se sont fortement appuyés sur la fiction, et les preuves de l’utilisation de la technologie cinématographique ne sont pas dissimulées. C’est ce croisement d’intentions critiques qui crée un lieu de convergence et d’influence entre les deux mouvements, comme le démontrent les paragraphes suivants.

Premièrement, le postmodernisme rejette un certain nombre de principes de la Nouvelle Vague française, et avec la collaboration internationale de la production cinématographique, des techniques et des caractéristiques postmodernes sont observées dans les films français contemporains. L’un des principes du postmodernisme est l’influence des mouvements féministes, où la voix de l’autre est souvent le principal point d’influence dans la réalisation de films. En analysant La Dérive de Paule Delsol, Palmer souligne que le film, tout en étant considéré comme une production de l’erreur de la Nouvelle Vague française, est une critique du mouvement à tendance masculine. Ici, écrit Palmer, “Delsol’s proto-feminist materials challenged the male-inclined course of the New Wave, as well as the French cultural establishment and film censorship norms of the early 1960s (Les matériaux proto-féministes de Delsol ont défié le cours à tendance masculine de la Nouvelle Vague, ainsi que l’establishment culturel français et les normes de censure cinématographique du début des années 1960)” (Palmer 145). Ce qui est impliqué ici, c’est que le féminisme postmoderne s’est infiltré dans la Nouvelle Vague française, en tant que critique supplémentaire de la vision moderniste de la Nouvelle Vague française. Cela signifie que, dès 1964, lorsque la deuxième vague du féminisme prenait du terrain, les principes postmodernistes avaient déjà commencé à infiltrer la nouvelle vague moderniste française.

Une autre caractéristique importante du postmodernisme est la technique rhétorique de l’intertextualité, qui rejette la notion de théorie de l’auteur de la nouvelle vague française, étant l’expression de la créativité des réalisateurs. L’intertextualité dans le postmodernisme est une approche de référence aux œuvres d’autres artistes au sein d’une œuvre contemporaine. Cela implique qu’il ne reflète pas l’expression artistique du réalisateur, mais plutôt l’expression artistique d’un autre artiste qui a inspiré le réalisateur actuel. Idéalement, l’effet de l’intertextualité est de souligner les emprunts que le réalisateur utilise dans la création du film, ce qui suggère essentiellement que la création n’est pas le génie créatif du réalisateur, mais plutôt une convergence de différentes créativités. Marie, analysant Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda, identifie des éléments d’intertextualité. Dans l’analyse, Marie commente que Varda, “… cite par exemple un tableau représentant ce thème peint par Baldung Grien page 49 dans son livre autobiographique…” (Marie 128). Ce qui est impliqué ici, c’est que Varda s’appuie sur la représentation créative de thèmes empruntés à d’autres littératures. Cela signifie que ce que Varda dépeint dans le film n’est pas sa propre créativité, mais plutôt une référence directe à l’expression artistique du thème, tel que créé et développé par d’autres artistes. L’importance de l’influence du postmodernisme ici est que, en critiquant les principes des nouvelles vagues françaises en eux-mêmes, les films contemporains produits par des réalisateurs français reflètent une introduction du postmodernisme qui nécessite leur re-caractérisation dans un mouvement différent, sans quoi une analyse appropriée devient difficile.

Avec l’avènement du postmodernisme, un changement d’orientation de l’analyse et de la direction du réalisateur vers le public a émergé. Cela signifie qu’il est devenu plus révélateur d’un récit, la façon dont le public perçoit une histoire, que la façon dont un réalisateur a présenté l’histoire, ce qui, appliqué à la Nouvelle Vague française, contredit les hypothèses des théoriciens de l’auteur sur l’intentionnalité du réalisateur. Le point principal de la théorie de l’auteur, par rapport à la Nouvelle Vague française, était que les films produits représentaient l’expression du réalisateur en tant qu’artiste. A l’inverse, dans les films postmodernes, le spectateur est pourvu d’un regard qu’il inhibe, déchargeant le réalisateur du besoin d’expression. L’essence de la Nouvelle Vague française, était une critique du spectaculaire, qui obligeait le metteur en scène à utiliser son génie créatif pour offrir au public son propre regard sur la réalité, ce que rejette le postmodernisme qui, en suggérant la nécessité du regard du public dans le film, réintroduit la nécessité du spectaculaire. Comme le dit Favaro, “In postmodern narratives, in which shifts in reality are presented through inhabiting the gazes of schizophrenic characters, the director deprives the viewers of the truth that they could have had in a traditional narrative. (Dans les récits postmodernes, où les glissements de réalité sont présentés en habitant le regard de personnages schizophrènes, le réalisateur prive le spectateur de la vérité qu’il aurait pu avoir dans un récit traditionnel)” (Favaro 44). Cela signifie que la nécessité pour le réalisateur de présenter ses vérités est éliminée dans les films postmodernes, et ce qui est présenté est une opportunité pour le public d’interpréter ses films à sa manière. Un exemple de cette allocation pour le public est observé dans les films français contemporains de la Nouvelle Vague, comme démontré ci-dessous.

Les films traditionnels de la Nouvelle Vague française impliquaient que le réalisateur dépeigne au public sa vie sociale du point de vue du réalisateur. Kulluk analyse 400 Coups, il mentionne avec persistance comment François Truffaut, a permis au public de comprendre les événements de son propre point de vue, en offrant au public une vision de sa propre vie. Kulluk écrit, par exemple, que, “the audience is presented with the main issue that is found throughout the entire film (le public est présenté avec le problème principal qui se retrouve tout au long du film).” (Kulluk 11), suggérant que le regard du réalisateur est offert au public. Plus tard, Kulluk déclare que le problème avec l’utilisation continue de tels éléments est que le public développe une attente de ce qu’est la Nouvelle Vague française, ce qui entraîne le déplacement des préoccupations de l’expérimentation vers ce que le public attend. Ce qui est impliqué dans cette analyse de l’évolution des pratiques, c’est que le public a développé ses propres perceptions et exigences pour consommer les films français de la Nouvelle Vague, déplaçant l’attention des réalisateurs vers le regard du public. En effet, le postmodernisme, avec ses concepts d’individualité, a provoqué un déplacement de l’attention du regard autoritaire des réalisateurs vers le regard libéral du public, et cela a influencé la façon dont les films du mouvement ont été produits, rejetant ainsi le principe théorique du réalisateur comme auteur du regard.

Enfin, l’imprégnation de la technologie et de la mondialisation, a fait que la Nouvelle Vague française, ne pouvait pas rester uniquement française, mais ses principes étaient empruntés par d’autres cultures et mouvements, et elle-même empruntée à d’autres cultures technologiques. L’une des principales caractéristiques de la Nouvelle Vague française est l’éloignement des studios de tournage et de post-montage d’Hollywood, qui a conduit à une déformation des réalités. Les réalisateurs français de la Nouvelle Vague y sont parvenus en utilisant l’éclairage naturel et en utilisant des citoyens moyens comme acteurs pour induire le naturel dans la performance (Kulluk 9). Cependant, le postmodernisme, avec ses environnements technologiques et mondiaux, signifiait que des facteurs tels que l’éclairage naturel et l’utilisation de citoyens moyens en tant qu’interprètes pouvaient être technologiquement atteints, ce qui rendait difficile la distinction entre ce qui est réel et construit. Par exemple, en expérimentant la recréation de la réalité qui reflète l’incertitude dans les cinémas français de la Nouvelle Vague, Fernandez a pu improviser l’éclairage dans la salle. Il écrit, “Il était également possible de [jouer] avec la lumière sous la porte pour créer la sensation de lumière noire…” (Fernandez 37). Ce qui est impliqué ici, c’est qu’avec des moyens plus avancés de dépeindre la lumière comme naturelle, il devient possible d’improviser l’éclairage pour les films français de la Nouvelle Vague, s’éloignant du naturel sur lequel insistait le mouvement traditionnel.

Suivant le discours de la mondialisation et de l’immigration, on peut soutenir que, en tant que produit du postmodernisme, la mondialisation et l’immigration ont conduit à l’infusion de plusieurs cultures, qui ont traduit le cinéma français de la Nouvelle Vague, en un mouvement mondial plutôt que spécifique à un pays. , et l’emportant ainsi sur sa « francité ». Outre la stylistique et les techniques de production, une autre caractéristique importante de la Nouvelle Vague française est qu’elle était le reflet de la culture des Français, ayant été réalisée par des réalisateurs français, ce qui signifie alors que même si la scénarisation et le langage des films étaient particulièrement Français. Cependant, avec le postmodernisme, la colonisation et l’immigration, l’identité, la langue et les cultures produites par les réalisateurs français contemporains de la Nouvelle Vague n’étaient pas particulièrement françaises. En réflexion sur cette direction, écrit Ouali, “Des personnages qui ressentent un déchirement identitaire entre deux cultures (orientales/occidentales), entre deux sociétés (française/Maghrébine) et entre deux vies” (Ouali 181). Ce passage implique que, si les premiers réalisateurs français de la Nouvelle Vague étaient convaincus de l’identité qu’ils cherchaient à mettre en valeur, les réalisateurs plus contemporains, bien qu’utilisant les mécanismes du cinéma français de la Nouvelle Vague, ne sont pas exactement français. En effet, le postmodernisme a entraîné une diffusion mondiale de la technologie et des cultures, qui a ensuite influencé la production de films français de la Nouvelle Vague et, par conséquent, le développement de films qui ont rejeté les principes de la Nouvelle Vague française, de naturalité et de présentation culturelle française.

Confirmation du sujet : Le postmodernisme et la Nouvelle Vague française, tout en étant des mouvements révolutionnaires et rebelles, ont des principes différents qui guident la production de films. Cependant, le rejet par le postmodernisme des principes de la théorie de l’auteur, le déplacement de l’attention du réalisateur vers le regard du public et la diffusion mondiale de la technologie et de la culture ont influencé la façon dont les films français contemporains sont produits. En tant que tel, il est nécessaire de changer la conceptualisation et la théorisation de la Nouvelle Vague française pour englober les changements du cinéma français pour une meilleure analyse et compréhension des productions considérées comme françaises.

Ouvrages cités
Favaro, Asli. “Whose Story is This The Nonexistence of The External Gaze in David Lynch Films.” IAFOR Journal of Media, Communication and Film 5.1 (2018).

Fernandez, Juana Maria Rubio. L’exploration de la rupture dans la forme cinématographique une approche de la notion d’incertitude. Université Du Québec À Montréal (2019).

Kulluk, Emir. “The Disappearance of The French New Wave.” CISLA Senior Integrative Projects 20 (2021).

Marie, Michel. “La frontière documentaire/fiction au début de la Nouvelle Vague, à l’exemple d’Agnès Varda et d’Eric Rohmer (L’Opéra Mouffe, Place de l’Étoile).” DOC On-line: Revista Digital de Cinema Documentário 16 (2014): 123-141.

Ouali, Salim. “Identité linguistique au cœur de la création artistique. Cas de la pratique discursive des Banlieues en France.” Revue académiques des études sociales et humaines, 13.02 (2021): 176 – 185.

Palmer, Tim. “Drift: Paule Delsol inside and outside the French New Wave.” Studies in French Cinema 17.2 (2017): 144-164.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published.